S’engager en tant que banquier, c’est aussi protéger des situations à risques. Pour saisir cette responsabilité essentielle, Société Générale a lancé en 2013 un programme d’éducation financière, en partenariat avec l’association Crésus pour aider les jeunes en difficulté de lycées professionnels ou de Centre de Formation d’Apprentissage (CFA) à comprendre les enjeux d’une bonne gestion budgétaire. Comment ? Grâce à un jeu de société conçu sur mesure pour répondre à ces problématiques. Plus de 4 000 personnes ont bénéficié de ce projet depuis sa création grâce aux plus de 450 collaborateurs Société Générale engagés depuis son lancement.

L’engagement est ponctuel et revêt deux volets :

  • Une demie journée de formation dispensée par l’association Crésus pour comprendre les règles du jeu et aborder l’aspect pédagogique pour mieux transmettre vos compétences aux jeunes
  • Une demie journée en contact direct avec les jeunes lors de votre déplacement en Ile-de-France dans des lycées ou des CFA.


Le programme est déployé en France dans 5 régions et à l’international sous d’autres formats, notamment en Espagne, en Pologne, en Roumanie, au Royaume-Uni…

Inscrivez-vous aux sessions de formations et pour animer des sessions auprès de jeunes !

 

Regards croisés entre Coumba et Guy-David 

3 questions à Coumba Sarr, collaboratrice engagée à Lille 

Je m’appelle Coumba SARR, j’ai intégré la Société Générale en 2015 en tant que contrôleur de gestion à la Délégation Régionale de Lille. Aujourd’hui, je suis responsable des partenariats et de la prescription à la DEC Lille Métropole depuis 2018.

  • Description de l’action solidaire réalisée en quelques lignes (quel type d’action, la date, l’association bénéficiaire, dans quel cadre, depuis combien de temps etc )

Depuis ma prise de poste en août 2018, j’accompagne régulièrement l’association Crésus dans ses interventions d’éducation financière. J’ai déjà 6 interventions à mon actif, 4 sessions dans un CFA à Roubaix en octobre 2018, une intervention aux Apprentis d’Auteuil, structure d’accueil de jeunes et de familles fragilisés en Décembre 2018. Ma dernière intervention en date a eu lieu en septembre 2019 au Refuge, association qui propose un hébergement temporaire et un accompagnement social aux jeunes victimes d’homophobie et en situation de rejet familial.

  • Pourquoi avez-vous souhaité vous engager dans ce programme d’éducation financière ? 

Je pense que l’éducation financière de nos jeunes est indispensable. Savoir gérer son budget et maîtriser ses dépenses me semble être aujourd’hui des préalables essentiels pour mieux s’insérer dans la vie active et entreprendre sa vie d’adulte. On ne le dit jamais assez mais l’éducation à la gestion de budget dès le plus jeune âge contribue fortement à la prévention de situation d’endettement dont il peut parfois être difficile d’en sortir.

  • Quel a été / quel est votre ressenti en sortant des sessions auprès des jeunes ? 

Les jeunes étaient très intéressés et captivés par le jeu. Ils en ont profité pour poser des questions d’ordre générale sur la gestion de leur compte et le fonctionnement des livrets d’épargne (taux durée, type, montant maximum etc.

Je me suis sentie utile et fière d’avoir accompli ces formations. Les banques ainsi que le fonctionnement du monde bancaire sont assez mal perçus par le grand public. De ce fait, s’associer à ces initiatives portées par des associations sociales d’utilité publique nous permet de nous évader de notre quotidien mais aussi de nous faire connaître sous un autre angle, plus social, plus engagé…

  • Que diriez-vous à d’autres collaborateurs pour les convaincre de s’engager ? 

Foncez ! Allez-y les yeux fermés ! Vous n’en tirerez que des bénéfices. Que ce soit pour les jeunes, au travers de la connaissance que vous leur apportez ou pour vous, au travers de votre investissement personnel, œuvre sociale. Je me suis moi-même intéressée aux interventions proposées par Dilemme car elles ne se cantonnent pas seulement à l’éducation financière simple. Elles sortent de ce cadre et présentent de manière assez ludique, le monde de la banque, de l’assurance et de l’économie de manière générale, ce qui participe fortement à donner une meilleure image du monde bancaire.


 

3 questions à Guy-David, chargé de projet en mécénat de compétences à la Fondation Crésus

 

 

CRÉSUS est une association créée en 1993 dont la raison d'être est d'accompagner les ménages en situation de surendettement et d'initier des programmes d'éducation budgétaire pour tous, Dans ce cadre, l'outil Dilemme Education, développé avec la Société Générale, contribue à lutter contre l'exclusion financière. Actuellement le partenariat noué avec la Société Générale prévoit annuellement une dizaine de 1/2 journées de formation par CRÉSUS des collaborateurs Société Générale pour leur permettre de co-animer une centaine d'ateliers sur l'année. Les bénéficiaires ciblés sont surtout des apprentis de 16 à 25 ans, des étudiants en formation professionnelle ou des jeunes travailleurs en insertion.

 

  • Comment est née l’idée d’utiliser un jeu de plateau comme vecteur d’éducation ?

 

Les expériences d'éducation budgétaire classique sous forme de présentation didactique ne suscitent pas autant d'intérêt qu'un atelier collectif sous forme de jeu. Le programme Dilemme est un atelier ludique de 2 heures, qui, pour sensibiliser les participants à la gestion budgétaire, se présente sous la forme d'un jeu de plateau regroupant une dizaine de personnes. L'atelier permet d'aborder des questions liées à la finance et de partager de nombreuses connaissances pratiques sur l'épargne, le fonctionnement de la banque ou de l'assurance, les impôts, la consommation responsable ou encore les risques liés aux crédits ou aux jeux d'argents. 

 

  • Que représente pour la Fondation Crésus l’engagement de collaborateurs d’une banque comme Société Générale dans son programme Dilemme ?

 

Nous estimons qu'il y a une véritable valeur ajoutée dans le fait d'avoir des sessions co-animées avec un expert de CRÉSUS et un collaborateur du secteur bancaire. En effet les interventions du salarié de la Société Générale permettent aux participants de bénéficier d'expériences et de témoignages concrets liés au monde de la banque. Enfin il nous paraît essentiel de rapprocher la sphère sociale et la sphère économique, il nous semble important de démystifier le rôle de la banque vis-à-vis d'une population souvent en situation de fragilité financière.

 

  • Quel impact ce programme a-t-il sur les jeunes ?

 

Les jeunes sont ravis de ce programme parce qu'ils ressortent des ateliers avec le sentiment d'avoir appris des choses essentielles pour leur gestion quotidienne budgétaire tout en ayant passé un bon moment. Le jeu par équipes permet par ailleurs de parler sans tabou de questions financières et favorise les échanges d'expérience des uns et des autres.



Les champs précédés d'un astérisque sont obligatoires

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies permettant d’améliorer votre expérience en ligne et de réaliser des statistiques de visites. En savoir + et paramétrer vos Cookies.
close