• Shirine, vous avez choisi de participer au dispositif mi-temps senior. Comment est née ce projet pour vous et quelles sont les démarches que vous avez effectuées pour bénéficier du dispositif mécénat de compétences ? 

Après 38 années de carrière professionnelle dans les systèmes d’information dont 32 au sein du groupe Société Générale, je souhaitais changer d’environnement et de type d’activité mais aussi consacrer plus de temps à mes activités personnelles et alléger mon temps de transport (3 heures par jour !!!). Le dispositif de mi-temps senior répondait parfaitement à mes objectifs tout en me permettant de le faire dans un cadre solidaire. J’ai fait part de mon projet à mon manager et à mon HRBP qui ont engagé tout de suite les démarches pour vérifier mon éligibilité au dispositif puis pour mettre en œuvre le dossier. En parallèle, j’ai sélectionné Bibliothèques Sans Frontières parmi les associations partenaires de la fondation Société Générale et pris contact en direct.

  • Quelles sont vos missions au sein de Bibliothèque Sans Frontières ? 

Je travaille sur 2 sujets différents.  La première mission consiste à mettre en place un système de gestion des achats permettant à BSF d’accélérer et de fiabiliser ses approvisionnements dans un contexte d’augmentation de l’activité. Cette mission touche à sa fin et va me permettre de me consacrer à ma deuxième mission : référente de l’activité de tri au centre de collecte des livres.  Celui-ci regroupe près de 500.000 livres dont la moitié est issue des dons de particuliers. Une fois collectés, les livres sont triés et orientés vers les filières de redistribution solidaire ou de vente. Une partie des livres alimentent le catalogue proposé aux partenaires de BSF. Les livres ne correspondant pas directement aux besoins sont revendus afin de financer l’achat de livres dans les pays du Sud.

 

  • Abel, votre structure accueille des personnes en mi-temps senior. Depuis combien de temps et pourquoi votre association participe-t-elle à ce dispositif ? 

BSF accueille des personnes en mécénat de compétences depuis environ 2 ans. BSF est intéressé par ce mode de fonctionnement qui permet la mise en relation de son personnel assez junior avec des séniors expérimentés en provenance de grosses structures. La participation à ce dispositif a permis à BSF de bénéficier d’expertises multiples, sur des aspects aussi divers que la recherche de partenariat, la mise en place d’offres de service avec une dimension commerciale ou la cartographie des processus afin d’en automatiser une partie.

  • Que vous apporte le fait d’avoir une collaboratrice comme Shirine au sein de votre structure ? L’intégration s’est-elle faite naturellement ? 

Cela nous a beaucoup apporté aussi bien au niveau humain que professionnel, en effet Shirine a su très rapidement se positionner en conseil et audit ce qui nous a permis de définir plus facilement nos besoins. Son expérience et ses compétences ont permis la mise en place de chantiers structurants tels que la mise en place d’un système de gestion des achats et des approvisionnements. Sur la dimension humaine, Shirine a su créer du lien entre BSF et ses bénévoles. Shirine s’est par ailleurs très vite senti à l’aise avec le reste de l’équipe et son intégration dans la structure s’est faite progressivement et naturellement.

  • Et vous Shirine, que vous apporte cette expérience ?

Tout d’abord, des rencontres très enrichissantes avec des personnes jeunes, vives, créatives et très engagées. Puis la satisfaction de s’intégrer dans un environnement si différent de celui qui a été le mien durant de longues années et de pouvoir apporter un regard externe et des méthodes structurées à une période où l’organisation monte en maturité. Enfin, je réalise un rêve : celui de travailler dans le monde des livres !!! Avec 500.000 livres autour de moi , je suis au paradis.

Du coté de ma vie personnelle, j’ai aussi constaté qu’il n’était pas si simple de gérer son temps libre et il m’a fallu un peu de temps avant d’organiser mes activités personnelles. Une belle transition vers la vie de retraitée …

Abel, qul bilan dressez-vous aujourd’hui du lien entre associations et secteur privé à l’échelle de votre structure ? Le mécénat de compétences a-t-il un réel impact pour BSF ?

Le bilan est très ositif pour BSF en effet l’expérience du secteur privé a permis à BSF de gagner en maturité et expertise. Ces mécénats de compétence permettent aujourd’hui à BSF d’accroitre son professionnalisme. L’impact de la mise en place des mécénats de compétence est indéniable, en particuliers dans cette ONG hyper dynamique, avide d’innovation qui a eu besoin d’un peu de modération dans ses choix stratégiques.

Les champs précédés d'un astérisque sont obligatoires

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies permettant d’améliorer votre expérience en ligne et de réaliser des statistiques de visites. En savoir + et paramétrer vos Cookies.
close