Jaoueb, assistante de direction depuis 4 ans au sein de Société Générale, nous raconte son engagement auprès de l’association Capital Filles.

Son engagement a débuté il y a deux ans lorsqu’elle a assisté à une réunion de découverte de l’association Capital Filles dont la mission consiste à accompagner et conseiller une lycéenne dans son orientation professionnelle vers des études en alternance. Elle a été rapidement convaincue par les témoignages des marraines Société Générale. Ce choix de devenir marraine était une évidence, dans la mesure où elle-même à pu bénéficier du marrainage plus jeune, d’une autre association Nos quartiers ont des talents (association aussi soutenue par la Fondation). Jaoueb voulait axer son marrainage sur l’aide aux jeunes filles car elles souffrent souvent d’un manque de reconnaissances qui fait qu’elles arrêtent leurs études plus que les garçons alors qu’elles ont un taux de réussite supérieurs au bac. Au sein de l’association Capital Filles, Jaoueb s’est sentie à sa place et ayant eu elle-même des difficultés plus jeune sur son orientation, elle a eu besoin de faire quelque chose pour ces jeunes filles qui rencontrent des problèmes similaires aux siens.

Jaoueb s’est rapidement investie dans sa mission de marraine, elle anime aujourd’hui avec deux autres collaboratrices, le groupe des marraines Capital Filles de Société Générale. Elles ont dernièrement renouvelé une journée découverte au siège de Société Générale à la Défense où 25 jeunes filleules Capital Filles ont pu découvrir l’univers de la Banque. Lors de la visite des salles de marché, un trader a vulgarisé le vocabulaire bancaire et a permis aux jeunes filles de pouvoir mettre des mots clairs sur les métiers de la banque. Lors de leur visite au sein d’une agence bancaire, les jeunes filles ont pu rencontrer une alternante et un conseiller clientèle. L’après midi, les jeunes filles ont participé à des ateliers sur les métiers du marketing, de la communication, de l’informatique, de ressources humaines et juridiques. Les jeunes filles ont alors découvert que derrière une banque se cachait une multitude de métiers pas forcément en rapport avec la finance. Les jeunes filles imaginaient le secteur bancaire comme un milieu masculin, et ont été très étonné en se baladant dans les couloirs des Tours Société Générale de voir autant de femmes. Certaines ne s’étaient jamais laissé la possibilité de rejoindre un univers pareil pensant cela uniquement réservé aux hommes.

« Deux chemins qui ne se seraient pas croisés »

Pour Jaoueb, cela fait plaisir de pouvoir aider une jeune fille qu’elle n’aurait pas pu rencontrer sans le programme. Lorsqu’on quitte le système scolaire,  on ne rencontre pas tous les jours des jeunes lycéennes.  Pour elle, la rencontre avec sa filleule permet à deux chemins séparés de se croiser. La filleule apprend de sa tutrice mais la tutrice apprend aussi beaucoup de sa filleule.

Jaoueb a rencontré sa filleule pour la première fois fin novembre 2016 lors d’une journée organisé par Radio France pour les filleules Capital Filles d’Ile-de-France. Elle est en classe de terminale STMG (sciences et technologies du management et de la gestion).  Elles essayent de se voir 2 fois par mois (en fonction de leur emploi du temps), soit chez Société Générale soit au lycée.

Ensemble, elles retravaillent le CV, elles simulent des entretiens, et travaillent sur l’orientation professionnelle de la lycéenne. Elles s’appellent, échangent des mails et même des sms. La filleule a parfois besoin d’être rassurée notamment sur des incompréhensions survenant à l’école. Elle vient aujourd’hui la voir à Société Générale afin qu’elles remplissent ensemble le portail d’Admission Post Bac (portail où les élèves en classe de terminale doivent émettre la liste des différents vœux (formations) qu’ils souhaitent étudier).

Souvent, lorsqu’on parle de parrainage et de marrainage, les employés d’une entreprise ont peur que cela leur prennent trop de temps. Pour Jaoueb, tout en étant très investie, elle confirme que ça ne prend pas beaucoup de temps, que c’est une simple question d’organisation. D’une année sur l’autre, même si le profil du filleul change, les parrains et marraines les aident plus ou moins de la même manière et leur consacre un temps identique aux années précédentes. 

La marraine de Jaoueb à l’époque prenait du temps pour la voir alors qu’elle avait un poste haut placé dans une direction des ressources humaines d’un grand groupe, alors si sa marraine trouvait du temps, elle aussi se doit d’en trouver.

« Cette année grâce à Société Générale, j’ai pu aider une jeune fille »

Pour Jaoueb, il n’y a pas d’hésitation à avoir pour s’engager en tant que marraine ou parrain dans une association. C’est une relation tellement enrichissante sur tous les points : en retournant dans des établissements scolaires, on retourne en enfance, c’est plaisant de voir des jeunes hyper motivés qui s’engagent dans mille projets créatifs comme caritatifs. On découvre des programmes étonnants. C’est la façon de Jaoueb d’apporter une pierre à l’édifice.

Les filleules sont très reconnaissantes. Sa filleule de l’année dernière continue à lui écrire car elle sait qu’elle peut toujours compter sur Jaoueb.

« On grandit toutes les deux de cette année d’échange »

Pour décrire son expérience, Jaoueb a choisi le mot « Interactivité » car cette rencontre est un échange très riche. Elles apprennent l’une de l’autre et elles en sortent grandies.

Découvrez les témoignages de Houda et Hervé !

Contact(s) :  Marie-Victoire Wolff
Les champs précédés d'un astérisque sont obligatoires

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies permettant d’améliorer votre expérience en ligne et de réaliser des statistiques de visites. En savoir + et paramétrer vos Cookies.
close