La Cravate Solidaire : la co-construction d’une action pour les acteurs de l’insertion professionnelle

La Cravate Solidaire et la Fondation Société Générale ont co-construit une nouvelle action qui vient aider les bénéficiaires des autres associations soutenues par la Fondation.

page_content

« L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue », c’est en détournant ce célèbre proverbe que se présente La Cravate Solidaire, association née en 2012 pour offrir des tenues professionnelles à l’approche d’un entretien à ceux qui n’ont pas les moyens de se les offrir.

Si l’idée originelle était bonne, ce n’était pas suffisant pour répondre à l’ensemble des besoins de leurs bénéficiaires. Cette première brique a donc rapidement ouvert la porte à de nombreuses actions complémentaires. La tenue était importante pour faire bonne impression lors d’un entretien, mais le costume ou le tailleur avait surtout le pouvoir de donner confiance en soi aux demandeurs d’emplois, un élément encore plus crucial au bon déroulement de leurs démarches.

L’association a donc très vite décidé d’accompagner plus largement ces demandeurs d’emplois en leur proposant plusieurs coachings, que ce soit en image ou en RH, pour acquérir les différents codes nécessaires.

Aujourd’hui présente sur 12 territoires, l’association a accompagné 2300 personnes en présentiel en 2020 et 500 personnes en distanciel.

Objectif affiché : accompagner 6500 personnes chaque année à partir de l’an prochain.

Vu les enjeux du contexte actuel, on se doit de répondre à l’urgence sociale

Michaël Cienka, Responsable du développement de la Cravate Solidaire

Un partenariat singulier avec la Fondation

La Fondation Société Générale est un soutien de longue date pour la Cravate Solidaire, mais le partenariat a pris une nouvelle dimension ces derniers mois.

« On sort du contexte classique du financement, nous confirme Michäel Cienka. D’habitude il y a le lancement d’un partenariat avec la signature d’une convention. Eventuellement un mi-bilan, puis un bilan final qui peut déboucher sur la demande d’un renouvellement. Mais c’est complétement différent ici. »

La volonté est d’impliquer au maximum la Fondation dans chacune des étapes : sortir définitivement du simple rôle de financeur pour devenir véritablement acteur du partenariat.

Cela avait déjà commencé depuis quelques années avec l’organisation de collectes au sein de la Société Générale pour faire participer activement les collaborateurs dans la mission de l’association. Ce type d’action avait amené la Cravate Solidaire à récolter deux tonnes de vêtements de la part des collaborateurs de la Société Générale lors du Citizen Commitment Time de 2018, grand évènement qui est un temps fort de la solidarité au sein du groupe. Il s’agissait du record absolu à l’époque pour une collecte de l’association. Les collaborateurs pouvaient également s’impliquer lors de l’étape d’après pour venir aider à trier les tenues, mais aussi venir se transformer en coach en image ou RH le temps d’une journée.

La Cravate Solidaire

Une vision qui vient prendre encore une nouvelle dimension avec le partenariat 2021. En effet, plutôt que de venir soutenir un projet proposé par l’association, la Fondation Société Générale et la Cravate Solidaire ont co-construit une action ensemble où ce sont les bénéficiaires des autres associations soutenues qui viennent profiter de l’accompagnement.

« L’objectif, c’était pour nous de développer le networking entre nos associations ayant des missions complémentaires », nous explique Aurélie Robin, responsable de mécénat solidaire à la Fondation Société Générale. Le résultat, ce sont 200 bénéficiaires d’associations partenaires telles que les Apprentis d’Auteuil, Kodiko, Arès ou Sport dans la Ville qui vont bénéficier du suivi de la Cravate Solidaire à Lille, Lyon, Paris, Bordeaux et Nantes.

Ce fonctionnement présente de nombreux avantages d’après Michaël Cienka, Responsable du Développement de la Cravate Solidaire : « Cela nous a permis de travailler avec des associations avec qui nous voulions mener des actions depuis très longtemps. Je pense par exemple à Sport dans la ville pour qui nous accompagnons régulièrement des candidats maintenant. Nous le faisons parfois au fil de l’eau, mais nous avons découvert la force de créer des ateliers spécifiques pour les bénéficiaires d’une association. On se retrouve avec un groupe de quatre ou cinq jeunes qui se connaissent bien, et qui vont se féliciter entre eux pendant l’atelier. On entend souvent « t’es super classe » quand ils se découvrent en costume ».

Des retours évidemment très valorisants pour ces jeunes pour qui les effets de l’accompagnement sont renforcés par la dynamique de groupe.

La Fondation Société Générale expérimente donc un modèle où le financement de la Cravate Solidaire vient soutenir, dans un même temps, d’autres associations partenaires du monde de l’insertion professionnelle.