Les Restos du Cœur en première ligne face aux effets du COVID-19

page_content

Comme souvent, cette crise sanitaire et économique a été d’autant plus violente pour les personnes les plus vulnérables. Une réponse de première urgence était nécessaire. Société Générale s'est rapidement rapproché des Restos du Cœur pour apporter son soutien à leurs actions à destination des plus démunis.

 

Logo Les Restaurants du coeur

35 ans d'action

Association fondée en 1985, les Restos du Coeur sont réputés pour l’aide alimentaire qu’ils fournissent aux personnes démunies. Ce sont ainsi 133,5 millions de repas qui ont été distribués pour la période 2018-2019 à près de 900.000 personnes (parmi lesquelles 39% d’enfants et 51% de moins de 26 ans).

Pour remplir sa mission, les Restos du Coeur font appel à 73.000 bénévoles mobilisés sur l’ensemble du territoire.

 

Répartition en pourcentage des bénéficiaires des Restos du Coeur par typologie de public

Depuis plusieurs années, l’association a ouvert son champ d’action en proposant une aide au logement ainsi qu’à l’insertion au travers de centre d’hébergement d’urgence et de chantiers d’insertion.

L’urgence alimentaire en temps de crise sanitaire

Le 16 mars 2020, le président Emmanuel Macron annonce le confinement de la population.

Une interruption de l’aide alimentaire est impensable. Celle-ci est d’ailleurs le sujet d’un arrêté du Ministère des Solidarités et de la Santé du 15 mars 2020 désignant la continuité de l’aide alimentaire aux plus démunis comme une mission essentielle pour la Nation.

Comme toutes les associations œuvrant sur ce sujet, Les Restos du Cœur n’ont pas d’autres choix que de réorganiser leurs activités sur tout le territoire national.

En effet, il faut rapidement repenser le modèle initial pour assurer la protection des bénéficiaires et des bénévoles.

Les repas chauds servis en collectivité s’effacent pour laisser la place aux paniers-repas à emporter. La nature même des denrées achetées va changer pour permettre une consommation plus facile.

De la même manière, l’absence de transports en commun dans certaines villes a rendu impossible la venue de certains publics dans les centres Restos du Coeur. Une distribution itinérante de colis s’est donc mise en place pour compenser cette perte de mobilité des bénéficiaires.

Des kits de nouveaux produits d’hygiènes (masques, gel hydroalcoolique) sont également distribués pour renforcer la sécurité de chacun.

Aux coûts supplémentaires de ces mesures viennent également s’ajouter la forte augmentation de la demande. L’association estime avoir distribué 500.000 repas supplémentaires pendant la période.

C’est pour permettre aux Restos du Coeur de répondre au mieux à cette urgence que Société Générale est venu lui apporter son soutien.

Faire face à une insécurité grandissante

Mais, alors que la crise sanitaire accable encore la France, c’est la crise sociale et économique qu’elle va causer qui inquiète les responsables des Restos du Coeur.

L’association se rappelle encore des effets de la crise financière de 2008, enregistrant une hausse de 15% du nombre de personnes accueillies.

6 millions de repas supplémentaires seront distribués pour répondre à une hausse prévue de 15 à 20% des personnes ayant besoin de leur accompagnement.

L’association se prépare ainsi à la fois à renforcer son activité historique d’aide alimentaire, mais aussi une augmentation de leur distribution de produits d’hygiène et l’amplification de leur offre d’hébergement d’urgence ainsi que de leurs chantiers d’insertion.

Mais aussi ...

Les effets du COVID-19 nécessitaient un engagement à 360 degrés. Société Générale s'est donc associée au programme « Unis contre le virus » de la Fondation de France et s'est mobilisée pour 7 de ses associations partenaires.