Société Générale et « Tous unis contre le virus » : en France, une mobilisation exceptionnelle de solidarité

page_content

Cette crise inédite appelait à une réponse de solidarité collective, à l’image du programme « Unis contre le virus » lancé par la Fondation de France, l’AP-HP et l’Institut Pasteur. La participation active de Société Générale dans le cadre de ce programme a permis à de nombreuses actions de voir le jour un peu partout dans l’hexagone.

 

L’esprit d’engagement a toujours été l’une des forces du Groupe Société Générale, dans l’exercice de notre métier comme dans nos actions citoyennes. Nous le confirmons avec l’ensemble des collaborateurs du Groupe dans ces circonstances exceptionnelles qui exigent une mobilisation exceptionnelle

Frédéric Oudéa, Directeur Général

Cette déclaration en mars dernier de Frédéric Oudéa, directeur général de la Société Générale, avait été accompagnée d’un don de 1 million d’euros au programme « Unis contre le virus » pour une premier engagement significatif du groupe en France.

En parallèle, les collaborateurs du groupe ont été invités à apporter leur contribution à ce programme également, au travers d’une collecte de fonds qui a rassemblé plus de 87 000 euros supplémentaires.

Géraldine fait partie des salariés qui ont souhaité se mobiliser : « Au moment de la pandémie et du confinement, j’avais vraiment l’impression d’être privilégiée, et j’ai eu 2 occasions de me rendre un peu utile : une amie qui m’a proposé de cuisiner pour le personnel hospitalier près de chez moi et le groupe Société Générale qui a proposé aux collaborateurs de faire un don. Le fait que le groupe se mobilise lui aussi m’a d’autant plus encouragée à participer »

Grâce à cette mobilisation conjointe, un grand nombre de projets ont pu être soutenus et permettent de dresser un premier bilan.

27 projets financés partout en France

16 projets ont concerné directement les équipes soignantes, avec notamment l’achat de matériel comme à Bron ou à Clermont-Ferrand ou encore la mise en place de cellules d’appels à Mulhouse ou de groupes de paroles à Strasbourg.

9 projets ont été financés pour le soutien aux personnes les plus vulnérables. C’est le cas d’une ligne téléphonique pour répondre au mal-être psychique lié à la crise du COVID-19 à Chambéry, ou encore la mise en place d’une cellule d’appels téléphoniques et des activités pour garder le lien social pour les personnes âgées ou handicapées dans plusieurs endroits en France.

 

2 hommes portant des cartons d'aide alimentaire

Soutenir la recherche

Enfin, les 45% du budget restants ont été investis pour soutenir la recherche sur deux grands projets. Le premier est mené par l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière et l’AP-HP (Assistance publique - Hôpitaux de Paris) avec l’objectif de permettre une meilleure prise en charge des patients atteints de COVID-19, mais aussi de se préparer à de nouveaux risques émergents viraux.

Le deuxième projet est également mené par la Pitié-Salpêtrière et l’AP-HP, en coordination avec l’UMR-S1136 (l’Institut Pierre Louis d’épidémiologie et de santé publique) pour développer et déployer très rapidement une solution de télémédecine nommée Covidom permettant un suivi à domicile des patients atteints d'une forme légère à modérée de Covid-19.

2 femmes, personnel soignant, masquées devant un ordinateur

Ca continue ...

Aujourd’hui, toujours grâce à cette participation du groupe, la Fondation de France continue à identifier de nouveaux projets qui seront financés, portés par différentes structures associatives qui continuent de réaffirmer leur rôle décisif face à de nouvelles problématiques de terrain.

A côté de cette mobilisation, et conscient de l’ampleur de cette crise sanitaire qui se double aujourd’hui d’une véritable crise sociale, le groupe s’est aussi engagé en France auprès d’autres structures comme le Samu Social, les Restos du coeur, Emmaus Défi, Aurore ou Apprentis d’Auteuil, et également à l’international.

 

Copyright : L.Lung and C. Charzat Fondation de France

play video